Charte éthique

L’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique considère que la promotion de l’étude de la pensée économique et de la philosophie économique requiert un environnement professionnel dans lequel toutes les activités de recherche, d’enseignement, d’évaluation, de recrutement, de supervision et d’encadrement sont menées collégialement, éthiquement et avec intégrité.


La charte éthique rappelle des principes, partagés et promus par les membres de l’Association, nécessaires pour établir un tel environnement professionnel, dans lequel chacun et chacune participe librement, dans lequel chacun et chacune dispose d’une égale chance et d’un traitement équitable, sans discrimination (liée au genre, à l’âge, à la religion, à l’origine, ou aux croyances politiques et religieuses).

 

(1) Dans le contexte professionnel, toute forme de comportement discriminatoire (lié au genre, à l’âge, à la religion, à l’origine, ou aux croyances politiques et religieuses) doit être combattue.

(2) Les activités de recherche sont menées avec honnêteté et intégrité intellectuelle, ce qui exclut, notamment, la pratique du plagiat, de la falsification de données et documents et de la manipulation des citations.

(3) La reconnaissance en toute circonstance du travail d’autrui : dans le cadre d’un article de recherche ou d’un ouvrage, la contribution scientifique de chacun et chacune des auteurs et autrices doit être adéquatement reflétée dans les signatures de la publication.  

(4) En toute circonstance de la vie professionnelle, dans la recherche (par exemple, dans l’évaluation des soumissions à des revues) comme dans la participation à la régulation de la profession (évaluation des dossiers de qualification, recrutement, …), il est essentiel d’éviter et de déclarer, le cas échéant, tout conflit d’intérêts lié à des liens personnels, professionnels (liens de co-écriture, liens de direction de thèse, liens hiérarchiques, …) ou financiers.

(5) Le respect du travail et des opinions d’autrui et une expression courtoise et motivée des désaccords doivent être la règle, aussi bien en public que dans les cadres qui permettent de s’exprimer anonymement (par exemple, lors des évaluations des soumissions à des revues).

(6) Les standards scientifiques en vigueur dans la recherche doivent être préservés en toute circonstance, y compris dans les cadres des contextes de divulgation (médias, réseaux sociaux) : cela exclut notamment de caricaturer ou dénigrer les travaux scientifiques (ou leurs auteurs).

 

Cette charte s’applique à tous les membres de l’Association et à toutes les personnes qui sont impliquées dans des événements ou activités de l’Association. Tout manquement aux principes de la charte éthique, que soit dans le cadre des activités organisées ou soutenues par l’Association ou dans d’autres cadres professionnels, peut être signalé au bureau de l’Association. Le bureau délibère sur les éventuelles actions qu’il sera possible et convenable d’entreprendre pour traiter ces signalements, en assurant un traitement équitable des parties impliquées, ainsi que la confidentialité et le respect de la vie privée. En particulier, le bureau peut conseiller, accompagner et orienter le signalant vers les instances appropriées.

 

 

Lignes directrices sur la parité dans les événements scientifiques de l’Association

L’Association promeut activement la parité et l’inclusion dans les conférences, séminaires et événements scientifiques qu’elle organise et qu’elle soutient. Les lignes de conduite suivantes donnent des indications aux organisateurs pour faciliter, notamment, la représentation égalitaire des hommes et des femmes dans les événements scientifiques, ainsi que la participation des personnes en situation de handicap.

 

Le Conseil d’administration de l’Association accompagne et facilite le travail des organisateurs et organisatrices pour se conformer à ses lignes directrices.

 

(1) La composition du comité scientifique et du comité d’organisation doit respecter autant que possible le principe de parité femmes/hommes.

(2) La liste de conférenciers invités doit respecter autant que possible la parité femmes/hommes.

(3) Les appels à communications précisent que la parité de genre doit être respectée autant que possible lors des propositions de sessions spéciales ou de tables rondes. La facilité qui consiste à faire appel à des femmes exclusivement dans le rôle de modératrice ou de présidente de session doit être en principe évitée.

(4) Les organisateurs proposent, selon les besoins exprimés par les participants et selon les possibilités matérielles (contraintes administratives et financières) de l’organisation, des solutions facilitant la participation de chacune et de chacun à l’événement scientifique (par exemple : la garde d’enfants ; un système de sous-titrage en direct pour les personnes malentendantes ; …).

(5) Les organisateurs s’engagent à récolter des données sur la manière dont leur manifestation respecte la parité (par exemple : ratios femmes/hommes des participants). Sur la base de ces données, l’Association (via son Conseil d’administration) assure un suivi de la parité au fil des différentes manifestations.