Des premiers textes abolitionnistes du début du XVIIIe siècle à son abolition finale en 1848, la question de l’esclavage resta au cœur de la science politique française. Cette discussion sans fin, dont les débats révolutionnaires et l’abolition de 1793 ne constituèrent qu’un moment, vit s’affronter valeurs morales et principe de réalité économique. Écrit par une historienne de l’esclavage et un sociologue de la pensée économique, ce livre retrace l’évolution de longue durée au cours de laquelle s’affirma progressivement la nécessité morale de l’abolition de la traite et de l’esclavagisme, à mesure que la pensée économique, armée d’instruments statistiques d’une précision croissante, démontrait l’efficience amorale de l’économie de plantation.
 

Aujourd’hui connu des seuls historiens de l’esclavage et de la pensée économique, ce débat mobilisa les meilleurs penseurs français, de Turgot à Tocqueville en passant par Condorcet et Jean-Baptiste Say. Attentif aux conditions de l’affrontement intellectuel et à l’enchaînement des arguments et des oppositions, ce livre rappelle combien la naissance d’une science sociale quantitative, alors à ses débuts, contribua à replacer sur leur vrai terrain, moral et politique, la question de l’esclavage et l’idée de l’émancipation. La leçon vaut aussi pour aujourd'hui.

 

http://www.albin-michel.fr/Calcul-et-morale-EAN=9782226253811