16e Colloque international de l’Association Charles Gide 

 

Strasbourg, du 14 au 16 avril 2016

 

ANTICIPATIONS, CONJECTURES ET COORDINATION

 

Appel à communications

Dates à retenir

Contact

Site internet / website

Conférenciers invités

​Comité scientifique / Scientific committee

Comité d'organisation / Organizing committee

Call for Papers

Pour les colloques précédents (années paires), consulter les archives.

 

Appel à communications

Le 16e colloque international de l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique se tiendra à l’Université de Strasbourg du 14 au 16 avril 2016. Cette manifestation est organisée par le Bureau d’Etude Théorique et Appliquée (BETA, UMR 7522 du CNRS).

Ce colloque international proposera des sessions sur le thème « Anticipations, conjectures et coordination ». Il accueillera également des communications portant sur l’ensemble des thèmes relevant de l’histoire de la pensée et de la philosophie économique.

 

 

Anticipations, conjectures et coordination

 

L’analyse économique contemporaine naît avec la question des interactions stratégiques entre les individus. Au tournant des 17e et 18e siècle, Boisguilbert déjà plaçait la question de l’information disponible et de la formation des anticipations au cœur de son explication des fluctuations économiques. Ainsi, les anticipations de prix futurs formées par les acteurs sur les marchés agricoles peuvent pour Boisguilbert s’avérer tout aussi bien stabilisatrices que déstabilisatrices, selon que l’économie se trouve en régime de libre-échange ou de prohibitions.

 

A son tour, Smith nous prévenait s’agissant de l’échange marchand : « ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du brasseur ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais plutôt du soin qu’ils apportent à la recherche de leur propre intérêt ». Cette fois, c’est d’une relation interpersonnelle qu’il s’agit : un individu consommateur escomptant l’obtention d’un bien d’un producteur bienveillant aurait toutes les chances de voir sa conjecture invalidée. Satisfaire ses besoins au travers de l’échange marchand nécessite ainsi de prévoir correctement le comportement des autres, autrement dit leurs propres conjectures.

 

Presqu’un siècle plus tard, mais dans une optique assez similaire, par sa loi du débit, Cournot initiait la question des anticipations de prix dans le fonctionnement des marchés. Il établissait en effet une relation empirique entre le prix d’une marchandise et sa fonction de demande : « une denrée est ordinairement d’autant plus demandée qu’elle est moins chère ». Cournot allait même plus loin : non seulement chaque producteur anticipe les réactions des demandeurs, mais il doit également conjecturer les actions des autres producteurs. Avec lui, information et anticipations sont désormais au centre des décisions individuelles. L’équilibre de marché vu comme le résultat d’interactions entre comportements stratégiques impulsés par les uns et les autres en découle.

 

Avec la parabole du concours de beauté proposée par Keynes, le mécanisme de coordination ne concerne plus seulement l’anticipation d’un individu quant aux résultats du comportement des autres agents, mais interroge le fondement même de ces résultats : comment un individu anticipe-t-il que les autres individus forment leurs anticipations ?

 

Enfin, avec l’approche des anticipations rationnelles impulsée par Lucas, la question des interactions stratégiques s’étend à la coordination entre les autorités et les agents privés.

 

Avec ce thème de réflexion, c’est donc la question des conjectures et des anticipations que nous proposons d’interroger selon des perspectives complémentaires.  Une première voie d’exploration consisterait par exemple à interroger la manière dont les économistes ont supposé que les acteurs formaient leurs prévisions : sur quelles bases de connaissance ? Et en escomptant quels types de comportement de la part des autres individus ? Une deuxième piste de recherche pourrait être d’analyser comment, selon les époques, la question de l’équilibre de marché a été traitée. Comment ces prévisions font-elles émerger un résultat de marché spécifique ? Et comment les individus se coordonnent-ils sur tel ou tel équilibre ? Une troisième piste de réflexion découlant de ces questionnements traiterait ainsi de l’intervention publique : comment l’Etat peut-il influencer l’équilibre de marché résultant des interactions entre décisions individuelles en transformant la manière dont s’élaborent et se coordonnent ces prévisions ?

 

 

 

Dates à retenir

Envoi des propositions avant le 15 novembre 2015

Notification aux auteurs: 20 décembre 2015

Envoi des textes des communications avant le 20 mars 2016

 

 

Contact

Les propositions de communications prendront la forme d’un résumé d’environ 500 mots. Elles seront déposées sur le site : charlesgide2016.sciencesconf.org

 

 

Site internet du colloque / website

http://gide2016.sciencesconf.org

 

Conférenciers invités


Anna Carabelli,
Professeur à l’Université du Piémont oriental
 

Roger Guesnerie,
Professeur au Collège de France
 

Comité scientifique / Scientific committee

Richard Arena (GREDEG, Université de Nice)

Michel Bellet (GATE-LES, Université de Saint-Etienne)

Pascal Bridel (Université de Lausanne)

Annie L. Cot (CES, Université Paris 1)

Muriel Dal-Pont (GREDEG, Université de Nice)

Robert Dimand (Brock University, Canada)

Rodolphe Dos Santos Ferreira (BETA, Université de Strasbourg)

Ragip Ege (BETA, Université de Strasbourg)

G.Faccarello (Triangle, Université de Paris Panthéon-Assas)

Ludovic Frobert (CNRS et Triangle, Université de Lyon 2)

Muriel Gilardone (CREM, Université de Caen)

Nicola Giocoli (Université de Pise, Italie)

Herrade Igersheim (CNRS et BETA, Université de Strasbourg)

André Lapidus (Phare, Université de Paris 1)

Harald Hagemann (Université de Hohenheim, Allemagne)

Sylvie Rivot (BETA, Université de Mulhouse)

Goulven Rubin (LEM, Université de Lille 2)

Nathalie Sigot (Phare, Université de Paris 1)

Amos Witztum (London School of Economics, Royaume-Uni)

 

Comité d'organisation / Organizing committee

Caroline Bauer (BETA, Université de Strasbourg)

Jean-Daniel Boyer (Culture et Sociétés en Europe, Université de Strasbourg)

Charlotte Le Chapelain (CLHDPP, Université Lyon 3)

Rodolphe Dos Santos Ferreira (BETA, Université de Strasbourg)

Ragip Ege (BETA, Université de Strasbourg)

Philippe Gillig (BETA, Université de Strasbourg)

Herrade Igersheim  (CNRS et BETA, Université de Strasbourg)

Simon Hupfel (BETA, Université de Mulhouse)

Cyriel Poiraud (BETA, Université de Strasbourg)

Lionel Rischmann (BETA, Université de Strasbourg)

Sylvie Rivot (BETA, Université de Mulhouse)

 

Call for papers

 

The 16th international conference of the Charles Gide Association for the Study of Economic Thought will take place at the University of Strasbourg, 14–16 April 2016. This conference is organised by the laboratory Bureau d’Economie Théorique et Appliquée (BETA).

            This international conference will propose sessions on the theme “expectations, conjectures and coordination”, although any other proposal in the fields of the history of economic thought and philosophy of economics is also welcome.

 

 

Expectations, conjectures and coordination

 

Contemporary economic analysis was born with the study of strategic interactions between individuals. At the turn of the 17th and 18th centuries, Boisguilbert placed the issue of the available information and of expectations at the core of his explanation of economic fluctuations. For Boisguilbert, expectations of future prices formed by agents on agricultural markets can prove either stabilising or destabilising, depending on whether the economy is in a situation of free trade or prohibition.


Later, Smith warned us about market exchange: “it is not from the benevolence of the butcher, the brewer, or the baker that we expect our dinner, but from their regard to their own interest”. Here, the issue is about an interpersonal relationship: a consumer who would count on the acquisition of a good thanks to the benevolence of a producer is most likely to see his conjecture invalidated. Satisfying one’s needs through market exchange thus requires accurate forecasting of the behaviour of other agents, which is to forecast their own conjectures.
    Nearly a century later, but from a quite similar perspective, Cournot’s law of demand raised the issue of price expectations in the functioning of markets. He established an empirical relation between the price of a good and its demand function: “a commodity is usually more demanded when it is less expensive”. Cournot even went further: not only does each seller anticipate the reactions on the side of the buyers, but he also needs to conjecture about actions on the side of the other sellers. With Cournot, information and expectations henceforth became at the centre of individual decisions. What ensues from this is a conception of market equilibrium as the result of interactions between strategic behaviours established by each other.
    With Keynes’s parable of the beauty contest, the coordination mechanism not only applies to the results of other agents’ behaviour, but calls into question the very foundation of these results: how does an individual anticipate that the other individuals will form their own expectations?
    Last, with the rational expectations approach launched by Lucas, the issue of strategic interactions has been extended to the coordination between public authorities and private agents.

   

With this theme, we propose to raise the issue of conjectures and expectations along complementary lines of research. A first line of inquiry, for example, would question the way economists suppose economic agents shape their forecasts. On which basis of knowledge? And which kind of behaviour on the part of the other individuals do they conjecture? A second line of research could investigate how the question of market equilibrium has been addressed in different times and places. How have these expectations led to a specific market result? And how do individuals coordinate themselves in favour of any particular equilibrium? A third line of inquiry, which directly ensues from the previous ones, would address the issue of state intervention. How is the state able to influence the market equilibrium resulting from the interactions between individual decisions in transforming the way these forecasts are elaborated and coordinated?

Submissions of papers or proposals for sessions

Proposals for papers will take the form of an abstract of about 500 words, submitted through the website: charlesgide2016.sciencesconf.org

Proposal for sessions are also welcome, whether they are directly connected with the theme of the conference or not. Contributions will either take place in French or in English; parallel sessions will be organised accordingly.

 

Deadlines

Deadline for the submission of proposals: 15 November 2015

Notification to the authors: 20 December 2015

Deadline for the sending of contributions: 20 March 2016