15e Colloque international de l’Association Charles Gide 

 

Lyon,  2 au 4 juin 2014

 

LES ECONOMISTES ET LE POUVOIR

 

Appel à communications

Dates à retenir

Contact

Site internet / website

​Comité scientifique / Scientific committee

Comité d'organisation / Organizing committee

Call for Papers

Pour les colloques précédents (années paires), consulter les archives.

 

Appel à communications

(Date limite de soumission des propositions : 30 septembre 2013)

 

Le XVe Colloque international de l’Association Charles Gide pour l’Etude de la Pensée Economique se tiendra à l’Université Lumière-Lyon 2, du 2 au 4 juin 2014. Cette manifestation est organisée par le laboratoire TRIANGLE (UMR n° 5206 du CNRS).

 

Ce colloque international propose des sessions sur un thème spécifique : « Les économistes et le pouvoir  ». Il accueille également des communications portant sur l’ensemble des thèmes relevant de l'Association Charles Gide (histoire de la pensée économique et méthodologie, épistémologie et philosophie économiques).

 

« Practical men, who believe themselves to be quite exempt from any intellectual influences,

are usually the slaves of some defunct economist ».

John Maynard Keynes, 1936.

 

La crise financière et économique actuelle, parce qu’elle interroge à la fois la nature du savoir produit par la science économique d’aujourd’hui et les pratiques des économistes — en tant qu’experts, conseillers, voire membres de gouvernements dit technocratiques — incite les économistes à redoubler de réflexivité sur leur influence et leur responsabilité. C’est plus précisément la relation des économistes au pouvoir politique au cours de l’histoire que nous souhaiterions voir étudiée dans ces sessions thématiques. Les propositions de communications pourront par exemple aborder les trois niveaux suivants :

 

Savoir économique et pouvoir : quelle réflexivité des économistes ? Décrite alternativement comme « science de gouvernement », science de l’affectation des ressources rares à des fins alternatives laissées à la libre appréciation des gouvernants, science pure, science morale, la science économique doit-elle ou peut-elle être « neutre », pour reprendre l’adjectif choisi par Lionel Robbins en 1932 ? Comment peut-elle se décliner en savoirs purs ou autonomes, et en savoirs pratiques, dans la conduite de politiques économiques ou de réformes sociales ? Comment composer, en tant qu’économiste, avec l’éventuelle performativité des énoncés de la théorie économique ? Outre les positions épistémologiques de chacun, peut-on identifier des périodes historiques de « crise » méthodologique ou épistémologique, faisant écho à nos interrogations actuelles ?

 

Les économistes du pouvoir. Il s’agit d’aborder ici le rôle explicite des économistes auprès ou au sein du pouvoir politique. Notons tout d’abord les fonctions institutionnelles de plusieurs économistes en tant que « conseillers du Prince », de François Quesnay et ses disciples aux bâtisseurs de plans au cours des XIXe et XXe siècles ou aux experts contemporains au sein d’organismes d’études, de conseils économiques. Notons ensuite les fonctions de parlementaires exercées par certains (Ricardo à la Chambre des communes par exemple), ou les fonctions de ministres endossées par d’autres (Turgot, Schumpeter, etc.). Notons enfin le rôle des économistes dans divers think tanks, groupes de pression engagés au service de partis politiques. Ces différentes fonctions ont-elles fait progresser la théorie économique ?

 

Le pouvoir politique des idées économiques. Au-delà des engagements politiques éventuels, quel fut l’usage politique des théories ou des savoirs économiques ? La théorie peut-elle devenir un instrument politique ? Les économistes sont-ils responsables de ces usages ? Plus largement, avec l’idée de performativité de la science économique, les politologues et les sociologues ont renouvelé l’interrogation sur le rôle des économistes dans l’action sur le réel, ou proposé des analyses nuancées des modalités de circulation du savoir. Les sessions thématiques du colloque pourront ainsi également être consacrées à la difficulté des pouvoirs publics à considérer l’expertise économique.

 

Les propositions de communications prendront la forme d’un résumé d’environ 500 mots. Elles devront être déposées au plus tard le 30 septembre 2013 via le lien suivant : http://gide2014.sciencesconf.org/user/submit

Les communications retenues devront nous être envoyées, sous leur forme définitive, pour le 30 avril 2014.

Des propositions de sessions complètes sont également les bienvenues : elles doivent le cas échéant comporter un titre, un résumé de chacune des propositions de communications, et indiquer le nom des présidents de session.

Un ensemble de papiers présentés à ce colloque sera sélectionné pour publication dans le numéro spécial d’une revue à comité de lecture.

 

Dates à retenir

Envoi des propositions avant le 30 septembre 2013

Envoi des textes des communications avant le 30 avril 2014

Colloque 2-4 juin 2014

 

Contact

gide2014@sciencesconf.org

 

Site internet du colloque / website

http://gide2014.sciencesconf.org

 

Comité scientifique / Scientific committee

Franck Bessis (Triangle, Université Lyon 2)

Tito Boeri (Université Luigi Bocconi, Milan, Directeur du Festival dell’Economia di Trento)

Pascal Bridel (Centre Walras-Pareto, Université de Lausanne)

Loïc Charles (EconomiX, Université de Reims) 

Pierre Dockès (Triangle, Université Lyon 2)

Gilbert Faccarello (Triangle, Université de Paris II)

Ludovic Frobert (Triangle, CNRS – ENS Lyon)

Roger Guesnerie (Paris School of Economics, Collège de France)

Marco Guidi (Université de Pise, Italie)

Pascal Le Merrer (Gate, ENS de Lyon, Directeur des «Journées de l’économie»)

Jean-Hervé Lorenzi (Président du Cercle des économistes)

Arnaud Orain (LED, Université de Paris 8)

Renaud Payre (Triangle, Institut d’études politiques de Lyon)

Jean-Pierre Potier (Triangle, Université Lyon 2)

Jean-Paul Pollin (LEO, Université d’Orléans)

André Tiran (Triangle, Université Lyon 2)

 

Comité d'organisation / Organizing committee

Michaela Blondeau (Université Lyon 2)

Carole Boulai (CNRS, Triangle)

Clément Coste (Triangle, Université Lyon 3)

Brigitte Esnault (Triangle)

Gilbert Faccarello (Triangle, Université de Paris II)

Jean-Baptiste Fréry (Triangle, Université Lyon 2)

Ludovic Frobert (Triangle, CNRS – ENS Lyon)

Marion Gaspard (Triangle, Université Lyon 2)

Rebeca Gomez Betancourt (Triangle, Université Lyon 2)

Sylvère Matéos (Triangle, Université Lyon 2)

Jean-Pierre Potier (Triangle, Université Lyon 2)

Christophe Salvat (Triangle, CNRS – ENS Lyon)

 

Call for papers

XVth International Conference of the Charles Gide Association

 

Lyon, 2-4 June 2014

 

ECONOMISTS AND POWER


The XVth International Conference of the Charles Gide Association for the Study of Economic Thought will be held at the Lyon 2-Lumière University from 2nd to 4th June 2014. This conference will be organized by the TRIANGLE laboratory (UMR No. 5206 of the CNRS).

The XVth Charles Gide Conference will host sessions on a specific theme: "Economists and power." It also welcomes papers and sessions in all areas covered by the Association: history of economic thought and economic methodology, epistemology and philosophy.

 

« Practical men, who believe themselves to be quite exempt from any intellectual influences,

are usually the slaves of some defunct economist ».

John Maynard Keynes, 1936.

 

The current financial and economic crisis questions both the nature of the knowledge produced by the economic science of today and the practices of economists - as experts, advisors, or even members of governments known as technocrats -, so it encourages the economists to increase the reflexivity of their influence and responsibility. This is precisely the relationship between the economists and political power through the course of history that we would like to see studied in these thematic sessions. Proposals for such communications may address the following three levels:


Economic knowledge and power: What reflexivity of the economists? Alternately described as "the science of government", science of allocation of scarce means for alternative ends left to the discretion of the rulers, pure science, moral science, can economic science be (or must be) "neutral", to use the adjective chosen by Lionel Robbins in 1932? How can it be broken down into pure or self-knowledge and practical skills in the conduct of economic policies and social reforms? As economists, how are we to achieve the possible performativity of the statements of the economic theory? Besides the epistemological positions of each one, can we identify the historical periods of methodological or epistemological "crisis" echoing our current questions?

 

The economists of power. This is addressed by the explicit role of economists from or within the political power. We shall first note the institutional functions of several economists as "advisors of the Prince" by François Quesnay and his disciples to the planners during the nineteenth and twentieth centuries or the contemporary experts in study organisations and economic committees. We shall then note the functions performed by some parliamentarians (for example, Ricardo to the House of Commons) or the functions of ministers endorsed by others (Turgot, Schumpeter, etc...). Finally, we shall note the role of the economists in various think tanks and lobby groups engaged in the service of political parties. Have these different functions developed the economic theory?


The political power of economic ideas. Beyond any possible political commitments, what was the political use of the economic theories or knowledge? Can theory become a political instrument? Are the economists responsible for these uses? More broadly, with the idea of the performativity of economic science, political scientists and sociologists have renewed the question about the role of economists in action on reality or proposed nuanced analyses of modalities of the circulation of knowledge. The thematic sessions of the conference will be also devoted to the difficulty of public powers in considering economic expertise.


Proposals for papers in the form of abstracts of approximately 500 words must be submitted no later than 30 September 2013 to the following link of the conference website: http://gide2014.sciencesconf.org/user/submit

The deadline for sending the final version of the papers is April 30th, 2013.

Proposals for complete sessions are also welcome; they must contain a title where necessary, a summary of each of the proposals for papers and the names of the presidents of the session.

A selection of papers will be published in a pair-reviewed journal in the history of economic thought.